Le deux.zero
A un cimetière
2
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
pere_lachaise_1837

Lorsqu’il fait froid et beau, c’est un temps pour le Père-Lachaise, surtout en novembre qui est, comme chacun sait, le mois de la mort. Quand je rentre à pied de chez mes parents, qui habitent dans le 11ème arrondissement vers Saint-Maur, j’aime bien passer par le Père-Lachaise pour revenir rue des Pyrénées, plutôt que remonter l’avenue Gambetta qui ne présente guère d’intérêt de ce côté-là, sauf si on choisit de la longer par le magnifique square de Champlain tout en longueur, avec sa mare sauvage, mais ça grimpe encore plus, (suite…)

Tout le reste
Ils ont osé !
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
danton-1688196-jpg_1626115

« Ils n’oseront pas ! » répond Danton à ses amis qui le pressent de réagir aux menaces d’arrestation, qui pèsent sur lui, en ce funeste printemps 1794. Certains lui conseillent de fuir : « emporte-t-on sa patrie à la semelle de ses souliers ? » répond le tribun qui se croit intouchable. Nous connaissons la suite. Il est emporté dans cette terreur révolutionnaire qui déferle. Georg Büchner en en fait une scène saisissante dans « La mort de Danton » que j’ai revue il y a peu, dans la mise en scène de François Orsoni à (suite…)

Transportés
Le goût infini du voyage
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
voyage1

L’incipit de « Tristes tropiques » de Claude Lévi-Strauss est trop fameux pour être ignoré : « Je hais les voyages et les explorateurs ». Notons que l’anthropologue n’a pas écrit : « Je hais les explorations et les voyageurs » qui sonnait moins bien. Même le voyageur dans l’âme est obligé d’y souscrire, au moins partiellement : il y a une dose de morale hypocrite et d’orgueil facile dans la tentation de l’exotisme, un soupçon indéniable de supériorité, une prétendue capacité de découvrir, que l’on ne prête pas toujours aux autres. Au moins le touriste consumériste (suite…)

Phynances
Intervention sur le débat d’orientations budgétaires 2017
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
86404

Seul le prononcé fait foi Lundi 7 novembre 2016 Madame la Maire, mes chers collègues, Pour ce débat d’orientations budgétaires, je constate des grandes constantes. Il y a les inchangés négatifs. Je constate, encore cette année, qu’on a entendu beaucoup de critiques sur les bancs de l’opposition, mais qu’on lit peu de propositions concrètes. Aucun groupe de l’opposition n’a jugé utile de proposer un vœu pour ce débat d’orientations budgétaires. Il y a aussi les inchangés positifs, heureusement. Notre stratégie financière, depuis le début de notre mandature, s’articule, je vous (suite…)

Phynances
Quatre piliers du temple budgétaire
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
finances_1386

La Ville de Paris vient de regagner un cran, dans sa notation par l’agence S&P (AA perspectives stables désormais), qu’elle avait perdu uniquement à cause de la notation de l’Etat : dans un pays centralisé, une collectivité ne peut être mieux notée que la Nation à laquelle elle appartient. De façon intrinsèque, notre bonne santé financière justifiait que nous remontions : c’est désormais le cas. Cela doit nous encourager à poursuivre dans cette voie, qui allie la réalisation de nos engagements de mandature et la préparation de l’avenir avec la gestion sérieuse (suite…)

Tout le reste
Halte à la gérontocratie !
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
gerontocratie1

La France va donc peut-être se livrer corps et âme, pieds et poings liés, avec ravissement, à un vieillard. Je sais que je provoque délibérément, mais je n’en ai cure. Je n’ai aucune bienveillance particulière à l’égard d’Alain Juppé, qui bénéficie désormais d’un consensus mou très étrange. Il est pour moi l’homme du passé : je venais tout juste d’avoir treize ans quand il est devenu ministre pour la première fois, et je ne me considère pas du tout comme quelqu’un de jeune. Pour quelqu’un né en 1999 et qui (suite…)

Phynances
Vers la République fédérale ?
0
, , , , , , , , , , , , , , , , ,
federal1

J’ai assisté la semaine dernière au congrès annuel des départements de France qui se tenait à Poitiers. L’an prochain, nous irons à Marseille et j’espère que nous pourrons y fêter par avance les épreuves nautiques des Jeux Olympiques 2024, après la décision rendue en septembre 2017 du CIO de les attribuer … à Paris. C’est un temps fort pour les élus et les services des départements qui y débattent des enjeux, des difficultés, des demandes vis-à-vis de l’Etat et qui peuvent ainsi échanger leurs expériences. Cette année, les interventions ont (suite…)

Culture Fabrique
Apollon et Dionysos
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
duels6

Le mode raisonnement binaire est un raisonnement qui convient bien au cerveau humain, et d’ailleurs notre monde informatique l’a fait triompher 0 – 1 – 0- 1 – 0 – 1 ad libitum. Certes, la grande tradition de la dissertation française exige une troisième partie, mais le classement en deux camps reste tellement plus simple, immédiat, évident. Ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi. Les amis de mes amis sont mes amis ; les ennemis  de mes ennemis aussi et les autres… Comme le disait une amie d’amie : (suite…)

Phynances
Stabilité ou sérénité fiscale ?
0
, , , , , , , , , , , , ,
prelevements1

Le projet de loi de finances 2017 ne désarme pas sur le plan fiscal. On pourrait s’attendre à de l’attentisme précisément, il n’en est rien car le mouvement de baisse d’impôts est largement prolongé. Certains y liront bien sûr du clientélisme fiscal en année électorale, comme si un dernier geste devait ou non sauver la présidence et donc la candidature de François Hollande. La perte de confiance est telle que quoi que le Gouvernement fasse, personne ne veut croire aux bonnes intentions ni aux bonnes idées. La crédibilité est trop (suite…)

Tout le reste
Le printemps fleurit en automne
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
printemps1

Le Printemps républicain, créé avec un succès d’affluence en mars 2016, organise sa réunion de rentrée le 21 septembre 2016, veille de l’automne, hommage d’une saison à une autre, comme pour indiquer que la République ne peut se donner un destin de feuille morte, mais qu’au contraire la sève qui la nourrit doit continuer à l’irriguer à tout moment, y compris dans cette période compliquée de campagne présidentielle, s’annonçant sous des auspices identitaires peu reluisants. S’il ne m’appartient pas de défendre, ni même d’expliquer, ce qu’est ce mouvement (sans être (suite…)