Culture Fabrique
31 chocs cinématographiques de 2014
0
, ,

Les 31 chocs cinématographiques de l’année (oui 31), et dans l’ordre alphabétique, sans classer. Comme il faut faire des choix , les 15 meilleurs des 31 en gras, selon une subjectivité pure et parfaite. Une phrase injuste et trop rapide pour décrire ce qu’ils m’ont fait !

  • Bethléem – Yuval Adler – Israël

Pour avoir concilié le suspens du thriller, la tension du drame, la tristesse du mélo

  • Black coal – Diao Yi’nan – Chine

Pour la formidable ellipse centrale

  • Blue Ruin – Jeremy Saulnier – Etats-Unis

Pour la transmutation géniale d’un héros pathétique

  • Les bruits de Recife – Kleber Mendonça Filho – Brésil

Pour être parvenu à monter un brésil froid, voire glaçant, où la richesse même est pâle

  • Eau argentée – Usama Muhammad – Syrie

Pour tout, absolument tout, et Wiam Simav Bedirxan surtout

  • Eastern boys- Robin Campillo – France

Pour avoir su magnifier le sex appeal des jeunes gens de la gare… de l’est

  • Heli – Amat Escalente – Mexique

Pour avoir préfiguré en quelque sorte la torture et les martyr des 43 étudiants d’Ayotzinapa

  • Ida – Pawel Pawlikowski – Pologne

Pour le noir et blanc somptueux, cotonneux, n’adoucissant rien

  • L’institutrice – Nadav Lapid – Israël

Pour la tendresse douce-amère et la difficulté d’être un tout jeune poète en ces temps

  • Leçons d’harmonie – Emir Baigazin – Kazakhstan

Pour la violence sèche, abrupte, tranchante

  • Léviathan – Andrey Zviaguintsev – Russie

Pour la description radicale de l’ivresse slave, de pouvoir, d’argent, de trahison, dans les blocs monolithiques du paysage

  • Mange tes morts – Jean-Charles Hue – France

Pour les corps façonnés à la musculation et à la bière, le regard aigu sur un univers peu connu, la découverte d’acteurs tout crus

  • Mercuriales – Virgil Vernier – France

Pour l’ombre des tours faisant la nuit sur l’est parisien, mais pas sur les jeunes filles en fleur

  • Mommy – Xavier Dolan – Québec

Pour l’étroit carré magique qui sait s’élargir vers la liberté

  • My sweet pepper land – Hiner Saleem – Kurdistan

Pour le grotesque cruel de la scène d’ouverture

  • Night Call – Dan Gilroy – Etats-Unis

Pour avoir osé enlaidir Jake Gyllenhaal

  • Night moves – Kelly Reichardt – Etats-Unis

Pour le chuintement nasillard chuchoté de Jesse Eisenberg

  • Only lovers left alive – Jim Jarmush – Etats-Unis

Pour les ruines de Detroit sublimés après la guerre économique

  • Le Paradis – Alain Cavalier – France

Pour la calme métaphysique des jouets, des racines, des saisons

  • Party Girl – Marie Amachoukeli, Claire Burger, Samuel Théis – France

Pour un formidable personnage de femme généreuse et fragile, Angélique Litzenburger

  • Pelo Malo – Mariana Rondon – Venezuela

Pour le jeune homme, sa coiffure, sa grand-mère

  • Real– Kiyoshi Kurosawa – Japon

Pour la réalité augmentée tout sauf virtuelle du cinéma

  • Saint-Laurent – Bertrand Bonello– France

Pour le full frontal sauvage de Gaspard Ulliel

  • Sils Maria – Olivier Assayas – France

Pour le plan séquence superbe du train, au début, et les nuages, les merveilleux nuages

  • Still water – Naomi Kawase – Japon

Pour la beauté immanente de la nature, des éléments, de la mer, des tatouages, on se mettrait presque à croire en Dieu, mais alors des petits dieux japonais pêcheurs

  • The tribe Miroslav Slaboshpytskiy– Ukraine

Pour les grandes douleurs qui sont sourdes et muettes, et un propos d’une violence radicale

  • Timbuktu – Abderrahmane Sissako – Mali

Pour l’exceptionnel duel sur le fleuve, digne d’un western classique, et la vitesse des gazelles

  • Under the skin– Jonathan Glazer – Grande-Bretagne

Pour la fausse science fiction, mais la vraie beauté de Scarlett Johansson qui est toute intérieure, si, si…

  • Winter sleep – Nuri Bilge Ceylan – Turquie

Pour la neige imposant enfin le silence, le clair-obscur, et la force de personnages taillés dans le roc

  • Xenia – Panos H.Koutras – Grèce

Pour une Grèce peu vue, pas touristique pour un sou, mais si gay, gay, gay !

  • Young Ones – Jake Paltrow – Etats-Unis

Pour avoir anticipé avec brio toutes les conférences sur le climat à venir : le sens du scénario !

0

Vous aimerez aussi

Médecine-22_pM.LXXXII

Monstres et fantômes – 2016 au cinéma

Les 31 chocs cinématographiques de l’année (ou...

Lire la suite
unknown-1

Le trouble des témoins – Le festival d’automne 2016

Les 31 chocs cinématographiques de l’année (ou...

Lire la suite
philadelphia_orchestra_at_american_premiere_of_mahlers_8th_symphony_1916

Musique, maestro !

Les 31 chocs cinématographiques de l’année (ou...

Lire la suite

0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *