Transportés
Pollution : des résultats qui nous engagent
0
, , , , , , , , , , , ,

airparif2Depuis 2002 la qualité de l’air s’est améliorée à Paris. L’étude Airparif « Evolution de la qualité de l’air à Paris entre 2002 et 2012 » montre une diminution de l’ensemble des polluants et notamment ceux représentant un risque sanitaire majeur.

Les émissions de particules fines PM10 et PM2.5 (plus petites) ont respectivement diminué de 35% et de 40%. Les émissions d’oxydes d’azote ont diminué de 30%. Ces résultats sont encourageants pour la santé des Parisiens et confirment une fois de plus la pertinence des orientations prises par la Ville en matière de déplacement.

A Paris, deux tiers des émissions d’oxydes d’azote et 56% des émissions de PM10 sont directement engendrées par le trafic routier. Le développement de modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle, comme le réaménagement de sites autrefois dédiées à l’automobile (les Berges de Seine, la Place de la République) et le soutien aux transports collectifs, ont permis une diminution du trafic routier et un gain d’émissions d’environ 10% pour tous les polluants. Ce pourcentage est de 18% pour les émissions d’oxydes d’azote.

La modernisation du parc automobile a également eu un impact sur la qualité de l’air à Paris. Aujourd’hui deux tiers des kms parcourus par les véhicules particuliers et les véhicules utilitaires légers sont le fait de véhicules euro 4 et euro 5, répondant à des exigences européennes plus strictes.

L’étude Airparif souligne également que la diminution des oxydes d’azote s’est faite malgré une diésélisation massive du parc automobile parisien. En 2002, 41% des km effectués par des véhicules particuliers étaient le fait de véhicules particuleirs au diesel. En 2012 ce chiffre a explosé pour atteindre 63%. Au niveau national, ces chiffres passaient de 49% à 72% soit une progression du même ordre de plus de 20 points ! Autrement dit, les résultats auraient été meilleurs sans la diesélisation massive du parc, qui est venue contrer les effets de notre politique.

Le bonus-malus écologique mis en place en 2008 par le gouvernement précédent a eu pour conséquence d’inciter à l’achat de véhicules diesel récent, notamment ceux équipés de filtres à particules. Or ces filtres à particules sont particulièrement inefficaces sur le dioxyde d’azote, un des composants les plus nocifs de l’oxyde d’azote. Plus grave encore, ces filtres à particules ont pour effet d’augmenter la part du dioxyde d’azote dans ces émissions.

Encouragée par le précédent gouvernement, la diésélisation du parc de véhicules particuliers a ainsi freiné une diminution des émissions d’oxydes d’azote qui aurait pu être beaucoup plus importante. Ces émissions ont globalement diminué de 30% grâce à une baisse de 85% de ces émissions dues aux véhicules particuliers essence. Les émissions d’oxyde d’azote liées aux véhicules particuliers diesel ont augmenté de 17%. La politique de Nathalie Kosciusko-Morizet a été totalement erronée et a grandement contribué à ce résultat.

Le bonus-malus écologique est une des rares mesures qui se soit concrétisée à l’issue du Grenelle de l’environnement. Le gouvernement n’aura pourtant pas hésité à s’engager sur une mesure contreproductive en matière de qualité de l’air et à hauteur de plusieurs centaines de millions d’euros malgré une conjoncture économique difficile.

Aujourd’hui la mise en place d’une fiscalité sur le diesel est une condition indispensable à la poursuite de ces bons résultats parisiens. La municipalité a fortement contribué par ses actions à l’amélioration de la qualité de l’air, l’Etat doit aussi prendre sa responsabilité ! Le nouveau ministre de l’écologie devra relancer les propositions dans le cadre du Comité Interministériel de la Qualité de l’Air installée par sa prédécesseurice.

0

Vous aimerez aussi

vile1

La haine des villes ? Vive la ville !

Depuis 2002 la qualité de l’air s’est amélio...

Lire la suite
voyage1

Le goût infini du voyage

Depuis 2002 la qualité de l’air s’est amélio...

Lire la suite
Vélib

Le gouvernement prend un bon tournant pour le vélo !

Depuis 2002 la qualité de l’air s’est amélio...

Lire la suite

0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *