Posts Tagged: festival d’Avignon

Culture Fabrique
Le trouble des témoins – Le festival d’automne 2016
24 décembre 2016
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Le spectacle vivant est une affaire de témoins. Nous assistons, en direct, à une aventure en train de se dérouler, pièce, concert, danse, et qui est, par définition, à chaque fois identique, mais différente, comme les rêves de Verlaine. C’est une surprise, puisque ce n’est pas la diffusion d’un produit déjà fabriqué et enregistré. Comme dans un accident, tout est possible. Cependant, au théâtre, nous sommes des témoins volontaires, contrairement à la vie qui, souvent, nous force à être témoins de choses que nous préférerions, parfois, ni voir ni savoir. (suite...)
Culture Fabrique
C’est le profane qui est sacré
9 janvier 2016
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Le festival d’automne s’est achevé le 31 décembre, rite étrange qui consiste à retarder légèrement l’hiver sur les scènes de théâtre parisiennes. Evidemment, il est aussi difficile de tout voir que d’y déceler un fil rouge caché dans le tissu de la programmation, qui ne se veut pas thématique. Mais le spectacle vivant entre forcément en résonance avec le monde qui l’entoure, ce qui n’a pas manqué pour cette édition qui questionnait fortement la religiosité et la sacralité dans l’univers contemporain. Où est Dieu ? En avons-nous besoin ? Et (suite...)
Culture Fabrique
Résurgences du Roi Richard
21 juillet 2015
0
, , , , , , , , , , , , , , ,
Déterrés, les os de Richard III, ont, enfin, été inhumés en 2015, avec fausse cérémonie royale et musique funèbre. Décidément, c’est son année, et le temps où il sommeillait, dans un éternel hiver de mécontentement, sous un parking, est bel et bien achevé, car Richard III revient aussi sur les plateaux de théâtre.  Sur le devant de la scène, remis en selle, comme s’il avait enfin retrouvé son cheval ! Il est flamboyant dans le festival d’Avignon 2015. C’est l’une des plus belles pièces de Shakespeare, les plus fortes, les plus (suite...)
Culture Fabrique
La couleur du spectateur
30 octobre 2014
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Je suis allé voir le beau spectacle de Bob Wilson, « Les nègres » de Genet, au théâtre de l’Odéon, début octobre. Contrairement à la critique, qui a plutôt boudé, j’ai trouvé la mise en scène formidable et bien adaptée au texte : les fondus enchaînés, la mascarade, le jazz et l’utilisation du micro pour le speaker, les cercles d’ampoules jaunes, la pantomime, le mode de la revue de music-hall, les costumes criards, les éclairages brusques et éclatants, les rires et cris stridents, soulignent bien le caractère violent, grinçant, grimaçant du texte de (suite...)
Culture Fabrique
Le terrarium-théâtre d’Avignon : comment créer des mondes alternatifs ?
24 juillet 2013
0
, , , , , , , , ,
Que nous dit le festival d’Avignon ? Quelle sensation commune surgit lorsqu’on a vu 10 pièces sur environ 40 du In ? La création contemporaine théâtrale se nourrit de politique, de géopolitique, de philosophie, de media, de vidéos, etc., mais y-a-t-il des tonalités différentes selon les années ? Un fil rouge que le spectateur peut tirer, à moins qu’il ne l’invente, en projetant des liens imaginaires entre les spectacles ? C’est la condition du spectateur de festival : en concentrant autant d’émotions sur une durée si brève, il en vient à construire des thèmes là (suite...)
Culture Fabrique
A point nommé
30 août 2011
0
, , , , , , , ,
Au commencement était le Verbe. Il faut donner un nom aux êtres et aux choses, afin de les faire exister. Nommer, c’est créer. C’est parce qu’il se nomme ainsi qu’un orage est un orage, avant ce n’est rien, des éléments épars, le tonnerre, les éclairs, la foudre, le vent et la pluie, alors que réunis par ce mot, nous savons de quoi nous parlons – même si  chacun en a sa vision propre. Les poètes ne procèdent pas autrement, qui inventent des images pour mieux faire vibrer l’écho de la (suite...)
Culture Fabrique
Retour sur Avignon… 2010
5 juillet 2011
0
, , , ,
Au moment où s’ouvre la 65ème édition du festival d’Avignon, il est bon de revenir sur celle de l’année dernière. Et que (re)découvre-t-on ? Que parfois les artistes comme les programmateurs ont un talent certain d’anticipation. Avignon 2010 a tremblé des annonces démiurgiques des événements à venir. Nous le savons : c’est la nature ou l’histoire qui copient l’art, et non l’inverse.