Posts Tagged: Logement

Phynances
Intervention sur le budget 2017 de Paris
12 décembre 2016
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Seul le prononcé fait foi Madame la Maire, mes chers collègues, Ce débat budgétaire aurait pu montrer  qu’il y a deux visions de la ville. C’eut été une nouveauté depuis cette mandature : nous, notre stratégie est constante depuis 2014, je l’ai rappelé lors du débat d’orientation budgétaire, mais la droite et le centre droit nous ont habitué à louvoyer, hésiter, changer de pied, débat après débat.  On a eu l’esquive, à savoir l’absence de tout vœu, la tentative maladroite de contre-budget évaporé, les injections contradictoires, qui elles n’ont pas complètement disparu. Là, (suite...)
Phynances
Mon intervention sur le débat d’orientations budgétaires 2016
26 octobre 2015
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
(Seul le prononcé fait foi)   Madame la maire, Mes chers collègues,   Notre débat d’orientations budgétaires intervient à un moment où les inconnues sont encore nombreuses, puisque le projet de loi de finances pour 2016 n’est pas encore adopté et qu’il aura un impact fort sur nos finances. Dans un contexte incertain, l’exécutif parisien s’est fixé un cap clair. Nos quatre piliers stratégiques sont solides : Préserver le pouvoir d’achat des classes moyennes par la stabilité fiscale. Les taux des impôts des parisiens n’augmenteront pas, n’en déplaise à l’opposition. (suite...)
Phynances
Briser les inégalités dynamiques
26 février 2015
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Penser le mouvement reste une difficulté majeure du politique. Nos réflexions sont trop statiques : elles partent du point où nous en sommes et ont du mal à le dépasser. Difficile d’imaginer des conséquences en série. Nous raisonnons ceteris paribus, toutes choses égales par ailleurs alors qu’elles ne le sont jamais. C’est l’aporie de la théorie économique classique. Introduire un changement provoque des changements en chaîne, et patatras le ceteris paribus. Ce défaut de pensée dynamique se lit de trois manières. Il affecte les analyses rétrospectives, les actions présentes et les prévisions (suite...)
Phynances
Un budget 2015 ambitieux et responsable
17 décembre 2014
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Avant toute chose, je souhaite souligner que ce premier budget est le fruit d’un travail collectif, qui nous a tous mobilisés – qui a mobilisé les Directions, en particulier la Direction des Finances et des Achats, qui a mobilisé les Adjoints, et je les en remercie ; les échanges ont été nombreux et fructueux. Alors même que de nombreuses collectivités se sont engagées dans des plans de réduction drastique de leurs dépenses, nous n’avons pas revu nos ambitions à la baisse, au contraire. Avec ce premier budget :   Nos priorités sont (suite...)
Phynances
Faisons le Paris de l’investissement !
10 décembre 2014
0
, , , , , , , , , , , , , , , , ,
Retrouvez ma tribune sur le Programme d’Investissement de la mandature dans le Huffington Post : http://www.huffingtonpost.fr/julien-bargeton/faisons-le-paris-de-linvestissement_b_6300182.html
Le deux.zero
Mixité sociale ou gentrification ?
28 octobre 2014
2
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Une petite polémique, dont l’est parisien a le secret, repart en ce moment à Belleville : l’embourgeoisement menacerait l’identité des quartiers populaires. La controverse se cristallise autour de la rue Dénoyez : un programme immobilier chasserait les graffeurs et les squats d’artistes, faisant définitivement perdre leur âme aux vieux murs. Du coup, tout revient sur le tapis : les galeries d’art qui s’installent, les populations qui changent, les prix des loyers et du foncier, etc.   Rappelons quelques faits d’abord : le programme en question rue Dénoyez concerne la construction d’une crèche et de (suite...)
Phynances
L’investissement, clef de la reprise
22 août 2014
0
, , , , , , , , , , , , , , ,
L’annonce des assises de septembre consacrées à l’investissement en France est de bon augure, à condition qu’elles contiennent des mesures fortes.  Les difficultés économiques doivent pousser à l’action immédiate plutôt qu’à la lamentation inutile. Si notre pays souffre d’un problème de demande, c’est bien cette composante-là qui est prioritaire, et non la consommation des ménages, contrairement à ce qui est parfois affirmé : la consommation est le seul indicateur qui se maintienne de façon satisfaisante et toute hausse de la consommation serait largement adressée à l’extérieur, dégradant davantage la balance commerciale (suite...)