Posts Tagged: Théâtre de la colline

Culture Fabrique
Le trouble des témoins – Le festival d’automne 2016
24 décembre 2016
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Le spectacle vivant est une affaire de témoins. Nous assistons, en direct, à une aventure en train de se dérouler, pièce, concert, danse, et qui est, par définition, à chaque fois identique, mais différente, comme les rêves de Verlaine. C’est une surprise, puisque ce n’est pas la diffusion d’un produit déjà fabriqué et enregistré. Comme dans un accident, tout est possible. Cependant, au théâtre, nous sommes des témoins volontaires, contrairement à la vie qui, souvent, nous force à être témoins de choses que nous préférerions, parfois, ni voir ni savoir. (suite...)
Culture Fabrique
Le 4e mur est-il tombé ?
26 avril 2016
1
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
De plus en plus fréquemment, lorsqu’on entre dans une salle de théâtre, les comédiens sont déjà sur scène, en train de lire, de fumer, de bavarder, comme si on les dérangeait dans leurs activités quotidiennes. Cela créée un effet de réel, une impression d’irruption dans la vie des autres, le sentiment d’interrompre quelque chose en cours.  Ils nous accueillent chez eux, dans leur univers, dans un espace où ils sont déjà là ; ce n’est pas nous, qui, plus ou moins bien installés dans un fauteuil, attendons que le rideau s’ouvre, (suite...)
Le deux.zero
Le bon air des Pyrénées
3 mars 2015
0
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
J’aime la rue des Pyrénées. C’est aussi parce que j’aime le 20e arrondissement. Et la rue des Pyrénées le vertèbre, si je m’autorise ce néologisme, je veux dire qu’elle le traverse de part en part, sans jamais en sortir. C’est sa spécificité : la rue des Pyrénées est la deuxième plus longue de Paris, après la rue de Vaugirard, mais, à l’encontre de sa prestigieuse rivale, elle se paie le luxe de ne desservir qu’un seul arrondissement, toisant les 12e et 19e arrondissements, qu’elle regarde de près, mais qu’elle laisse à (suite...)